logo star
 

Il existe trois types de dépendances : 

  •  La dépendance physique : correspond au fait que l'organisme s'est habitué à une substance dont il a besoin pour fonctionner. Si on diminue ou arrête la consommation de cette substance, des symptômes de sevrage se manifestent. Toutes les substances ne provoquent pas de dépendance physique, mais elles peuvent par contre toutes entraîner une dépendance psychique. Par ailleurs, il existe certaines méthodes et traitements médicamenteux, appelés substituts, pour aider au sevrage physique de certains produits : les substituts nicotiniques et les traitements de substitutions aux opiacés en sont des exemples.

  •  La dépendance psychique : correspond au fait qu'une personne ne peut plus imaginer se passer des effets d'une substance. Sa vie est rythmée par le besoin de consommer pour se sentir bien.

  •  La dépendance comportementale : dans le cadre d'une consommation de produit, est plus particulièrement liée à l'environnement (anxiété, fête ...), aux modes de consommations (intensité et rapidité des effets en fonction des modes de conso), mais aussi aux habitudes qui génèrent des automatismes (exemple de la pause clope).

Mais on parle aussi de dépendance comportementale pour toute addiction dans laquelle l'objet de la dépendance n'est pas lié à un produit, mais à un comportement (exemple : jeu vidéo, jeux de hasard et d'argent, sexe ...). 
Chaque substance à un pouvoir addictogène plus ou moins fort, cela correspond au fait que certaines substances peuvent mener plus rapidement à une dépendance physique et psychique (confère tableau). 

Toutefois, il existe chez chacun de nous des facteurs individuels qui peuvent augmenter le risque de développer une dépendance ou au contraire nous en protéger. Nous ne sommes pas tous égaux. Attention tout de même, plus la rencontre avec un produit se fait tôt (enfance, adolescence), plus il existe un risque de développer une dépendance à l'âge adulte